Vaincre le stress des examens : quelques astuces pour nos étudiants en ostéopathie animalière

Vaincre stress examens

Quelle que soit leur filières d’études, tous les étudiants peuvent être amenés à ressentir du stress lors de la période d’examens. Pour nos étudiants en ostéopathie animalière, c’est ces jours-ci que tout se joue ! Alors, pour eux et pour tous les autres, voici quelques conseils pour vaincre le stress des examens.

Vaincre le stress des examens : l’organisation, clé de la tranquillité

À l’approche des examens, une bonne organisation favorise la tranquillité d’esprit et aide à vaincre le stress. Plutôt que de risquer de vous rendre compte au dernier moment qu’il vous manque un cours, complétez à l’avance les cours manquants et répertoriez vos fiches. Ensuite, quantifiez le travail à faire en créant un planning de révisions. Enfin, tenez-vous en à vos plannings, idéalement en commençant tous les matins et en terminant tous les soirs à la même heure.

Les journées de révision

Une fois votre planning de révisions établi, vous n’avez plus qu’à le suivre. Pour cela, assurez-vous de bénéficier d’une installation adaptée pour vos révisions : connexion Wi-Fi, matériel, tranquillité, etc. Veillez aussi à rester concentré en éloignant au besoin votre smartphone pour quelques heures …

Pensez à faire des pauses

Votre cerveau ne pourra pas rester concentré plusieurs heures sans relâche. Alors, toutes les heures, faites une petite pause de 5 minutes et profitez-en pour vous lever ou boire un verre d’eau. À votre retour, votre concentration n’en sera que meilleure.

Réviser à plusieurs

Pour se motiver ou pour tester ses connaissances acquises, réviser à plusieurs peut être une bonne idée. En revanche, attention à ne pas vous laisser distraire par le groupe ! De plus, nous n’avons pas tous les mêmes méthodes de travail ; ainsi, ce qui fonctionnera pour l’un ne fonctionnera pas forcément pour vous. Certains ont une mémoire visuelle, d’autres une mémoire auditive : trouvez la méthode qui vous convient et exploitez-la au maximum.

Dans ce cas, le meilleur conseil que nous pouvons vous donner est de travailler côte-à-côte, tout en vous réservant des séances de révision individuelle.

L’importance du sommeil réparateur

Passer une nuit blanche à réviser avant un examen ? En aucun cas cela ne peut être une bonne idée. Pour mémoriser les informations reçues, notre cerveau a besoin de repos. Et ce repos, c’est notre sommeil réparateur qui nous le permet. Alors, assurez-vous de dormir au moins 7 heures par nuit.

L’alimentation

Même si vous êtes très pris par vos révisions, il y a un sujet sur lequel il ne faut pas faire l’impasse : votre alimentation. Il est vrai que la tentation peut être grande de se nourrir de repas tout prêts ou de fast-food pour gagner du temps. Et pourtant c’est justement dans ces périodes de révision, où votre cerveau est très sollicité, que vous avez besoin d’apports nutritionnels satisfaisants.

Pour être en forme pour vos examens, les fruits et légumes sans surcuisson, les noix, amandes et noisettes ainsi que les poissons gras sont des aliments à privilégier, dans le cadre d’une alimentation variée.

Le sport, pour rester en bonne forme

Les périodes d’examens laissent peu de place aux loisirs, mais le sport n’en est pas seulement un. Sa pratique, même réduite, peut vous aider à optimiser vos performances, vous défouler, vous débarrasser de votre stress, faire le plein d’énergie.

Et le jour J ?

Vous y êtes, le jour des examens est arrivé. Le stress vous donne quelques douleurs au ventre ? Dans ce cas, privilégiez une alimentation riche en féculents et pauvre en fibres. Et pour vous prémunir d’une baisse de forme durant l’épreuve, emportez avec vous des amandes, des noix, des fruits secs voire du chocolat noir, ainsi qu’une bouteille d’eau pour rester bien hydraté.

L’IFOA vous souhaite à tous bon courage !

Vous êtes à la recherche d’un établissement en ostéopathie animale et vous souhaitez vous former aux différentes techniques ? Pour tout savoir sur le cursus et les nombreux atouts de l’IFOA, consultez dès maintenant les pages de notre site Web, contactez-nous par téléphone au 09 72 36 02 56 ou posez toutes vos questions à notre assistant virtuel Studizz !

Ostéopathie animalière : quel marché pour les nouveaux professionnels ?

Marché ostéopathie animalière

En France, près d’un foyer sur deux possède un animal de compagnie. En tête de liste, les chiens et les chats, depuis plusieurs années rejoints par les nouveaux animaux de compagnie (NAC). Pour les professionnels du bien-être animal, et notamment ceux de l’ostéopathie animalière, ce marché du bien-être animal est en plein essor.

Le marché pour les professionnels de l’ostéopathie animalière

En France, le budget accordé au bien-être des animaux est en constante augmentation.

Selon une étude citée dans un reportage de France 3, les Français auraient dépensé en 2018 près de 583 millions d’euros pour les soins et le bien-être de leur animal. Pour les chiens, le budget approche les 600€, contre 430€ pour un chat.

Il est donc clair que pour les professionnels du bien-être animal, le marché est en pleine expansion. Les ostéopathes animaliers bénéficient de ce mouvement, et sont de plus en plus sollicités.

Combien gagne un ostéopathe animalier ?

Avant tout, il faut savoir que pour exercer, un ostéopathe animalier doit avoir un diplôme d’ostéopathe animalier. Il doit aussi être inscrit sur la liste tenue par le Conseil national de l’Ordre des vétérinaires (CNOV).

C’est la raison pour laquelle la préparation à la réussite de cet examen fait partie du programme de formation de l’IFOA.

Le salaire d’un ostéopathe animalier varie entre le SMIC et 4000€ mensuels. Il faut savoir que comme pour tout professionnel en libéral, plusieurs facteurs font varier et évoluer la rémunération.

  • La renommée du praticien. Comme pour tout exercice en libéral, les ostéopathes animaliers doivent développer leur réseau professionnel et leur patientèle. Par ailleurs, c’est la reconnaissance de leur expertise et de la qualité de leur travail qui permettra au bouche-à-oreille de développer leur activité. La qualité et la renommée de leur formation joue ici une place importante.
  • Le nombre de consultations. L’ostéopathe animalier qui exerce en libéral constitue lui-même son agenda. Ainsi, plus il proposera de rendez-vous, plus il recevra de consultations. Il peut aussi recevoir des consultations ostéopathiques en urgence, dont les tarifs sont plus élevés.
  • Le type d’animaux. Le tarif pour la prise en charge ostéopathique des animaux de compagnie ne dépasse généralement pas 80€. En revanche celui des chevaux, moutons et bovins peut aller jusqu’à 250€. Il est donc clair qu’un ostéopathe animalier en milieu rural peut attendre une rémunération supérieure en raison du type d’animaux pris en charge.
  • Les années d’expérience. Il va sans dire qu’un praticien ostéopathe animalier en sortie de formation devra constituer son réseau, sa patientèle et les fidéliser. L’avantage étant qu’en libéral, il peut raisonnablement espérer accroître au fil des années ses revenus.

Où exercent les ostéopathes animaliers ?

L’insertion professionnelle est au cœur de la pédagogie de l’IFOA : 100% de ses diplômés en ostéopathie animalière ayant validé l’examen du CNOV sont en activité immédiatement après.

Les ostéopathes animaliers exercent principalement en libéral.

  • 97% des ostéopathes animaliers alternent entre leur cabinet et les consultations extérieures.

S’ils exercent en milieu rural (auprès des chevaux, bovins, …), les ostéopathes animaliers devront prévoir les déplacements liés à leur activité.

  • 3% des ostéopathes animaliers sont salariés dans des écuries de courses, parcs animaliers, etc.

Dans ce cas, le salaire est défini et moins flexible. En revanche, le statut de salarié permet de bénéficier de certains avantages salariaux.

Vous êtes à la recherche d’un établissement en ostéopathie animale et vous souhaitez vous former aux différentes techniques ? Pour tout savoir sur le cursus et les nombreux atouts de l’IFOA, consultez dès maintenant les pages de notre site Web, contactez-nous par téléphone au 09 72 36 02 56 ou posez toutes vos questions à notre assistant virtuel Studizz !

Ostéopathie animale : ouverture d’une clinique en ostéopathie animale pour petits animaux

Après son campus historique de Tarascon, l’IFOA ouvre à la rentrée prochaine un centre d’ostéopathie animale dédiée aux petits animaux, sur son campus parisien.

Les étudiants en ostéopathie animale pourront ainsi, à partir de la 4ème année, effectuer des consultations dans le cadre de leur formation.

Le centre ostéopathique, un atout pour les étudiants …

Pratiquer en centre ostéopathique est un considérable atout pour la formation des étudiants. C’est pour eux l’occasion de mettre en pratique l’ensemble de leurs compétences acquises durant les cours théoriques et pratiques.

À la fin de la 3ème année d’études, les étudiants sont capables de réaliser une séance complète d’ostéopathie animale. C’est pourquoi l’IFOA a choisi de leur permettre, dès la 4ème année et jusqu’à la fin de leur formation, de pratiquer en centre, sous l’encadrement d’un enseignant inscrit au RNA.

L’objectif du centre d’ostéopathie animale IFOA est aussi de préparer les étudiants à leur insertion professionnelle : de l’accueil du propriétaire de l’animal, en passant par la consultation, le compte-rendu de visite.

… et pour les propriétaires d’animaux

En ouvrant ce centre d’ostéopathie animale, l’IFOA répond à une demande croissante des propriétaires d’animaux.

En effet, tout comme les humains, les animaux souffrent de douleurs ou de défauts de mobilité, que l’ostéopathie animale peut soulager. Pour cela, l’ostéopathe animalier utilise différentes techniques pour prendre en charge uniquement les troubles fonctionnels de l’animal à l’exclusion des pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agents physique (vétérinaire).

Il joue aussi un grand rôle dans la prévention de ces troubles, en assurant un suivi régulier.

C’est la raison pour laquelle, avec l’ouverture de ce centre, l’IFOA propose des consultations ostéopathiques pour petits animaux.

Pour plus d’informations contact@ifoa.fr ou 09.72.36.02.56

Vous êtes à la recherche d’un établissement en ostéopathie animale et vous souhaitez vous former aux différentes techniques ? Pour tout savoir sur le cursus et les nombreux atouts de l’IFOA, consultez dès maintenant les pages de notre site Web, contactez-nous par téléphone au 09 72 36 02 56 ou posez toutes vos questions à notre assistant virtuel Studizz!dans 

Connaissez-vous les différentes techniques d’ostéopathie animale ?

techniques ostéopathie animale

L’ostéopathie animale a cette particularité qu’aucun patient ne se ressemble : entre le chat, le chien, la vache, le cheval et le cochon, d’évidentes différences structurelles impliquent une prise en charge adaptée.

Il faut également prendre en compte l’âge, la race de l’animal, les antécédents de chaque patient pour adapter sa pratique ostéopathie .

Pour y parvenir, il existe plusieurs techniques d’ostéopathie animale, auxquelles tout praticien doit se former. Face à ses patients, l’ostéopathe devra être capable d’adapter sa technique à chaque cas particulier. 

Les différentes pratiques d’ostéopathie animale les plus courantes

Ostéopathie musculosquelettique

Technique en ostéopathie animale
École d’ostéopathie équine

C’est la forme la plus connue, celle qui fait craquer le corps. Elle concerne la structure mécanique du corps, à savoir les articulations, les ligaments et les muscles.

La technique musculosquelettique est centrale, car la structure mécanique est la base du mouvement aussi bien chez l’animal que chez l’homme. De ce fait, des dysfonctions peuvent faire apparaître des douleurs à plus ou moins long terme.

Or lorsque le corps souffre, les douleurs ressentie ne marquent pas forcément le point d’origine ; l’approche musculosquelettique permet de l’identifier pour y remédier avec des actions articulaires ou musculaires.

Ostéopathie fasciale pour les animaux

ostéopathie animale fascial
Canin

Les fascias, ou fasciae, sont des tissus conjonctifs qui permettent de relier les systèmes crâniens, viscéraux et structurels entre eux. Il sont présents dans presque tout le corps : dans la peau, les cartilages, les os, les articulations, les tendons, les muscles et les organes.

L’ostéopathie fasciale est très utile pour les animaux. En effet, elle permet séparer les structures pour stimuler la mobilité. Cette technique est visuellement moins impressionnante ; le professionnel peut agir sans bouger ses mains de l’animal ou encore en suivant les fascias.

Ostéopathie viscérale 

Ostéopathie vicérale
Techniques viscérales

Chez les animaux aussi, une tension viscérale peut avoir des répercussions sur le reste du corps. Ainsi, savoir délier les tensions est indissociable de la pratique ostéopathique. C’est une technique qui consiste à faire des manipulations des viscères au niveau de l’abdomen.

Une fois le problème identifié, souvent grâce à une étude des mouvements physiologique, le praticien en ostéopathie animale effectue des tests de différenciation pour l’articulation sacro-iliaque, pour déterminer la densité des organes thoraciques ainsi que la densité viscérale. Et ensuite commence le traitement par mobilisations viscérales.

Ostéopathie crânio-sacrée

ostéopathie cranio-sacrée
Techniques cranio-sacrée
 

La technique crânio-sacrée, aussi appelée ostéopathie crânienne, est une technique qui théorise le mouvement crânien et le liquide céphalo-rachidien. Elle a pour but d’améliorer le fonctionnement du système crânio-sacrée par de petits mouvements et de légères pressions exercées par le professionnel. Le praticien agit ainsi sur la micromobilité de l’animal. Il s’assure que le crâne et le bassin bougent dans un mouvement synchrone.

Ostéopathie énergétique et informationnelle

ostéopathie énergétique
Techniques informationnelles

Cette technique agit sur les cellules, l’ADN et l’énergie de l’animal. C’est la plus difficile à percevoir. Le professionnel va simplement donner une intention à la structure pour tenter de la rééquilibrer. Cette technique est beaucoup plus discrète et ses actions sont beaucoup plus sensibles puisqu’on touche à de plus petits organismes qui ont eux-mêmes leur propre équilibre.

Diverses techniques pour une prise en charge globale de l’animal

L’utilisation de toutes ces techniques d’ostéopathie animale permet une prise en charge globale de l’animal, elles sont également utilisées en ostéopathie humaine. Pour le praticien, la connaissance approfondie de toutes ses techniques, facilite le diagnostic. Et surtout, la connaissance détaillée de ces techniques lui permet d’adapter sa prise en charge pour pouvoir proposer le soin le plus adapté à chacun de ses patients.

Vous êtes à la recherche d’un établissement en ostéopathie animale et vous souhaitez vous former aux différentes techniques ? Pour tout savoir sur le cursus et les nombreux atouts de l’IFOA, consultez dès maintenant les pages de notre site Web, contactez-nous par téléphone au 09 72 36 02 56 ou posez toutes vos questions à notre assistant virtuel Studizz!

 techniq

7 conseils pour bien démarrer votre 1ère année de formation en ostéopathie animale

Formation ostéopathie animale

Démarrer une formation en ostéopathie animale, c’est s’engager dans une longue période d’études. En effet, 5 années seront nécessaires à l’acquisition de compétences suffisantes à l’exercice de votre futur métier. Bien évidemment, votre investissement personnel et votre motivation seront les clés de votre succès. Toutefois, certains conseils peuvent vous aider à bien démarrer votre 1ère année de formation en ostéopathie animale.

Cultiver sa passion

Votre passion des animaux est sans doute la raison pour laquelle vous avez choisi de devenir ostéopathe animalier. Alors cultivez-la ! Durant les cours de formation pratique, vous serez au contact direct des animaux : chats, chiens, chevaux, nouveaux animaux de compagnie (NAC), bovins, etc. Profitez-en pour découvrir ceux d’entre eux que vous connaissez le moins et approfondir vos compétences sur vos petits préférés … Cultivez votre passion des animaux à l’école, mais aussi en dehors !

Organiser son travail

Pour réussir ses études, l’organisation est la clé. Et pour cela, vous l’entendez sûrement depuis le lycée, faire des fiches peut vous aider : synthétisez, schématisez, utilisez des mots-clés, … Ce seront autant d’informations qui vous aideront lorsque viendra l’heure des révisions. D’ailleurs, il est important de prendre conscience que toutes les compétences acquises seront utiles tout au long de votre parcours professionnel. Alors, pour bien les intégrer, mieux vaut réviser régulièrement qu’apprendre par cœur la veille de l’examen !

Être assidu

Être en retard, voire même sécher les cours .. si ces pratiques ont fait partie de votre quotidien, oubliez-les tout de suite ! Pour réussir des études exigeantes, comme une formation d’ostéopathe animalier, être assidu sera indispensable à votre réussite. En plus de ne rien manquer, être assidu vous permettra de comprendre mieux et plus vite les cours, et de ne pas avoir de retard à rattraper.

Échanger avec les autres

L’ostéopathie est un métier de contact, et pas seulement avec les animaux. Les intervenants qui vous dispensent les cours, les étudiants de promo supérieures et même vos camarades peuvent vous apporter de nouvelles connaissances sur la pratique de l’ostéopathie animale. Alors, échangez, partagez et comparez vos pratiques avec les autres !

Développer ses compétences en dessin

Vous avez une mémoire visuelle ? Exploitez-la en recourant au dessin pour apprendre plus facilement et durablement. En effet, connaître le corps des animaux dans leurs moindres détails est essentiel pour comprendre comment et pourquoi ils souffrent de douleurs. Ainsi, si vous êtes capable de redessiner une structure anatomique apprise, le tour sera joué !

Conserver une bonne hygiène de vie

Comme dans votre vie future, adopter une bonne hygiène de vie est très important pour la réussite de vos études. Cela passe par une alimentation équilibrée, une pratique sportive régulière et une modération des sorties trop festives et trop tardives. Sur ce dernier point, l’actualité sanitaire pose d’elle-même les limites, malheureusement, et bascule la donne en créant chez certains étudiants un sentiment d’isolement. Alors même en ces temps troublés, essayez de continuer à prendre soin de vous et de votre corps, tout en n’oubliant pas de vous faire plaisir ! Les années étudiantes sont aussi faites pour cela.

Garder son objectif présent à l’esprit

Vous en avez rêvé, maintenant vous y êtes : vous allez devenir ostéopathe animalier. Si certains cours peuvent vous paraître difficiles à suivre, un seul conseil : accrochez-vous en gardant votre objectif présent à l’esprit ! Pour aider ses étudiants, l’IFOA a mis en place un système de parrainage. Ainsi, un étudiant en année d’études supérieure pourra vous aider à surmonter les difficultés et réussir ainsi brillamment vos études.

Avec tous ces conseils, vous êtes maintenant prêts pour démarrer du bon pied votre formation en ostéopathie animale !

Noël : adopter un animal, c’est s’engager

Une petite boule de poils, quel plus merveilleux cadeau de Noël pour vos enfants ou pour vous-même ? Chats, chiens, lapins ou nouveaux animaux de compagnie (NAC), leurs grands yeux et leur petite frimousse nous font (presque) tous craquer. Seulement, derrière le rêve, il y a la responsabilité. Alors, adopter un animal pour Noël, oui, mais à condition de garder à l’esprit qu’adopter, c’est s’engager. Et pas seulement les premiers temps, mais dans la durée.

Adopter un animal : un budget à prévoir

Adopter un animal suppose de prévoir un budget pour couvrir l’ensemble des dépenses qui seront engendrées. En premier lieu, l’alimentation. La nourriture pèse en effet pour une bonne partie du budget. Et ce d’autant plus si votre animal est un gros mangeur !

Les coussins, niches, jouets, et extras peuvent également rapidement faire monter la facture.

Prendre soin de son animal, un engagement dans la durée

Adopter un animal, c’est s’engager dans la durée à lui fournir le soin le plus adapté à son épanouissement et à la préservation de sa bonne santé. Ainsi, il est impératif de l’emmener régulièrement consulter un vétérinaire, pour le vacciner ainsi que pour suivre son état de santé.

Les soins ostéopathiques animaliers

Vous souffrez régulièrement de mal de dos ? peut-être que votre animal aussi ! Les soins ostéopathiques peuvent, tout comme pour leurs maîtres, prévenir et soulager les maux de nos animaux.
L’ostéopathe animalier utilise un grand nombre de techniques manuelles pour, d’une part, améliorer les fonctions physiologiques, mais aussi soulager les douleurs et rétablir toute perte ou restriction de mobilité.

L’ostéopathe animalier, formé durant 5 ans, travaille en collaboration avec des professionnels spécialistes : vétérinaire, maréchal ferrant, etc. Il saura donc vous y adresser en cas de nécessité. Ainsi, amener votre animal consulter un ostéopathe, c’est lui apporter le soin nécessaire au maintien de sa bonne condition physique.

Adapter un animal – Quelques conseils

Vous l’aurez compris, un animal est un merveilleux cadeau. Alors, avant de le mettre sous le sapin, assurez-vous que la personne à qui vous l’offrez partage votre point de vue et sera disposée à lui apporter tout le soin nécessaire.

Il peut être tentant de choisir un animal pur race, mais pensez aussi à tous ceux qui attendent un nouveau propriétaire à la SPA. Ils seront sans aucun doute aussi affectueux !