Préparez-vous à l’examen théorique du CNOV avec l’IFOA.

E-learning : Préparez-vous à l’Examen théorique du CNOV avec l’IFOA

L’échéance de l’examen théorique du CNOV approche et vous souhaitez tester vos connaissances en vous mettant en situation avant le jour J ?

L’IFOA a la solution parfaite pour vous ! Nous vous proposons une session d’examen en E-learning conçue pour vous préparer efficacement aux 120 questions attendues par le CNOV.

  • 120 questions Théoriques : Notre session d’examen simule fidèlement les questions théoriques que vous rencontrerez le jour de l’examen du CNOV. Ces questions sont spécialement conçues pour couvrir les thématiques attendues par le CNOV, vous permettant ainsi de tester de d’améliorer vos connaissances dans tous les domaines essentiels de l’ostéopathie animale.
  • Flexibilité totale : Notre session d’examen en E-learning est conçue pour convenir à votre emploi du temps. Vous pouvez passer l’examen à votre convenance où que vous soyez, tant que vous avez une connexion à internet. Plus besoin de vous déplacer ni de vous adapter à un horaire fixe.
Tarif

Inscrivez-vous et tester vos connaissances en vous mettant en situation avant le jour J : 

Nous sommes convaincus que cette session d’examen en e-learning sera un atout essentiel dans votre préparation à l’examen théorique du CNOV. Elle vous permettra d’identifier vos points forts et faibles, de renforcer vos connaissances et de gagner en confiance pour le jour de l’examen.

Le bien-être animal, qu’est-ce que c’est ?

bien être animal blog IFOA

De nos jours, on entend de plus en plus parler du bien-être animal, qu’il s’agisse de nos compagnons domestiques, d’animaux d’élevage, de zoos, ou encore de laboratoires utilisés à des fins scientifiques. Il s’agit d’une thématique qui a pris une importance majeure dans notre société qui reconnaît les animaux indéniablement comme des êtres sensibles. Mais concrètement qu’est-ce que le bien-être animal ? Sur quels critères se base-t-on pour le définir ? Existe-t-il un protocole pour l’évaluer ? Comment l’améliorer ? Bien-être animal et bien-être humain sont-ils dépendants ? Tour d’horizon sur le sujet dans ce nouvel article.

Comment définir le bien-être animal ?

Une question que l’on peut se poser pour commencer : est-ce que le bien-être de l’humain est comparable au bien-être animal ? Pas facile de répondre facilement à cela. Prenons d’abord la définition de base du bien-être chez l’humain. On considère qu’il correspond à « état agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit ».

Définition du bien-être animal chez l’animal

La définition de référence est celle donnée par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) : « Le bien être est l’état mental et physique positif lié à la satisfaction de ses besoins comportementaux ainsi que ses attentes. Cet état varie en fonction de la perception de la situation par l’animal » (Anses, 2018). On comprend ainsi que le bien-être correspond à un état à la fois physique et aussi mental positif comme pour l’Homme. Il est en effet nécessaire pour être dans un état de bien-être que l’animal présente une bonne santé physique mais il faut également qu’il soit en harmonie avec son environnement. Il en va de soit qu’il ne doit pas présenter de la souffrance et de même ne pas manifester ou ressentir d’émotions négatives. Point important, d’après cette définition on considère qu’il faille se placer du point de vue de l’animal et non de notre propre point de vue pour évaluer correctement son bien-être.

Qu’est-ce que la bientraitance animale ?

On parle de bientraitance et de bien-être qui peuvent être considérées comme 2 notions proches que l’on pourrait même assimiler à des synonymes mais en réalité ce n’est pas tout à fait le cas. Tout d’abord, la bientraitance est l’ensemble des moyens et actions que nous mettons en place afin de répondre aux besoins de nos animaux. C’est à dire bien les nourrir, bien les soigner, etc… mais cela selon notre interprétation propre.
La question que l’on peut se poser ensuite est la suivante : bien traiter un animal est-ce que cela contribue à son bien-être ? La réponse est clairement oui mais ce n’est néanmoins pas suffisant ! Le bien-être de l’animal va en effet reposer sur la perception de l’animal lui-même qui peut être bien différente de la nôtre. Une vidéo réalisée par la Chaire du bien-être animal présente très bien les différences entre bien-être et bientraitance. Pour en apprendre davantage, vous pouvez la visionner via le lien suivant : https://chaire-bea.vetagro-sup.fr/difference-entre-le-bien-etre-et-la-bientraitance/

Quelles sont les 5 libertés fondamentales de l’animal ?

Universellement reconnues, le respect de 5 libertés régit le bien-être animal.

Comment évaluer le bien-être animal ? Le protocole Welfare Quality®

Maintenant que nous avons vu ce qu’était le bien-être animal, nous allons nous intéresser à son appréciation. Comment qualifier l’état de bien-être d’un animal ? Existe-t-il un outil d’évaluation ? Il faut tout d’abord se placer avec un animal particulier dans un environnement donné. On peut faire cette estimation en se basant sur le principe des 5 libertés que nous avons vues précédemment. Il existe un outil d’évaluation, le protocole Welfare Quality®, établit par un projet de niveau européen. Celui-ci permet une appréciation selon des critères validés scientifiquement et chacun de ceux-ci sont basés sur plusieurs indicateurs correspondant au bien-être. Il existe des critères relatifs à l’environnement de l’animal et d’autres basés sur l’animal lui-même. 

Prenons un exemple pour mieux comprendre. Si l’on considère le principe de bonne santé, composante indispensable au bien-être animal, un critère sur lequel nous pourrons nous baser pour l’estimer est l’absence de blessures et les indicateurs correspondant vont être notamment repérer la présence de lésions sur la peau, d’une boiterie présentée par l’animal. Autre exemple, si l’on considère le principe d’une bonne alimentation, aussi essentielle au bien-être, le critère sera l’absence de faim et un indicateur qui nous permettra de l’évaluer sera l’état d’embonpoint de l’animal autrement dit savoir s’il est trop maigre ou s’il présente un poids correct et donc qu’il reçoit une alimentation adaptée et suffisante.

Comment améliorer le bien-être animal ?

Il faut s’assurer que l’environnement social et le logement de l’animal soient en adéquation avec ses besoins et ses attentes. Cela sera à considérer selon son état physiologique mais aussi selon son âge et son espèce. Un chien aura en effet des besoins physiologiques particuliers, des impératifs biologiques et des attentes différentes qui seront différents de ceux d’un chat ou d’un lapin.

Importance de la relation humain/animal

La relation entre l’humain et l’animal, qu’il s’agisse d’un propriétaire avec son compagnon domestique ou d’un éleveur avec son bétail, est aussi primordiale. Les interactions positives favorisent vraiment le bien-être animal et la relation de confiance qui en découle est aussi bénéfique. Cela peut entre autres contribuer à diminuer le niveau de stress. 

études ostéopathie animale IFOA

L’innovation au service du bien-être des animaux

De nouvelles technologies sont aussi utilisées notamment pour les animaux d’élevage pour permettre de mieux apprécier leur bien-être avec des indicateurs précis mesurant par exemple le poids des animaux, la quantité d’aliments ingérée, leur température corporelle. L’interprétation de ces données permet de détecter plus rapidement qu’un critère n’est pas correctement comblé, d’agir plus rapidement si nécessaire et ainsi d’améliorer leur condition.

Qu’est-ce que la cause animale ?

Comme nous l’avons évoqué au début de cet article, la façon dont nous traitons les animaux dans notre société est une thématique devenue très importante tant sur la plan philosophique, éthique, culturel, sociétal et même politique. Assurer la protection des animaux est une cause que défendent de plus en plus d’individus à travers le monde.

Une forte mobilisation pour la protection animale 

De nombreux organismes et associations se sont ainsi créés. Leurs actions mises en œuvre quotidiennement visent à protéger les animaux, limiter leur souffrance et les mauvais traitements qu’ils pourraient subir. Voici un site qui regroupe une liste d’associations pour leur protection en France. À consulter via le lien suivant : https://zoola.fr/associations/.

Que dit la loi ? Les règlementations clés autour du bien-être animal

Il existe des lois au niveau européen et national. Côté européen, une directive datant de 1998 encadre le bien-être des animaux d’élevage avec notamment la présentation de normes pour les logements et les pratiques. 
En France, la notion d’ êtres vivants « doués de sensibilité » déjà présente dans le Code rural depuis 1976 a été introduite pour la première fois dans le Code civil en 2015. De plus une loi a été récemment adoptée le 30 novembre 2021. Celle-ci vise à lutter contre la maltraitance animale et conforter le lien entre les animaux et les hommes. Ce texte interdit entre autres, l’élevage d’espèces pour leur fourrure, l’utilisation d’animaux sauvages d’ici 2028 dans les cirques itinérants, la vente de chiens et de chats en animalerie… 

Entre 2016 et 2020, une stratégie dirigée par la France a mis en place des actions concrètes. En 2017 notamment, un Centre national de référence sur le bien-être animal a été ouvert par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

études ostéopathe animalier IFOA

Bien-être animal et bien-être des humains sont-ils liés ?

Est-ce que le bien-être des animaux est lié à notre propre bien-être ? La réponse est oui et nous allons voir comment. Un concept a vu le jour récemment appelé « One Welfaire, un seul bien-être » comme il existe également la notion de « One Health, une seule santé » où l’on considère que la santé des humains est liée intimement à la santé des animaux mais aussi de notre environnement. Ainsi, il en est de même pour le bien-être. Prenons un exemple pour illustrer cela : une personne avec des soucis personnels pourra avoir du mal à assurer le bien-être des animaux dont il est en charge. De même, un animal malade pourra s’il souffre d’une affection zoonotique (transmissible à l’Homme) contaminer son propriétaire et avoir un impact sur sa santé. Autre exemple d’actualité illustrant le lien entre le bien-être cette fois-ci de l’environnement avec celui des animaux et des humains, le réchauffement climatique a un impact sur la survie de nombreuses espèces et sur nos ressources alimentaires. Vous comprenez aisément que tout est lié ! Il est donc indispensable d’assurer le bien-être et la santé des animaux et de notre environnement qui contribuent incontestablement au nôtre.

Existe-t-il une journée dédiée au bien-être animal ?

Une journée internationale pour les droits des animaux est célébrée le 10 décembre de chaque année et le 4 octobre correspond à la journée mondiale des animaux. Ces 2 dates sont des moments clés où les thématiques du bien-être et de la protection des animaux sont mises en l’avant. De nombreuses actions de sensibilisation sont mises en place au cours de ces occassions. Prenez date 🙂

Vous êtes à la recherche d’un établissement en ostéopathie animale et vous souhaitez vous former aux différentes techniques ? Pour tout savoir sur le cursus et les nombreux atouts de l’IFOA, consultez dès maintenant les pages de notre site Web ifoa.fr, contactez-nous par téléphone au 09 72 36 02 56 ou posez toutes vos questions à notre assistant virtuel Studizz !

IFOA : La mobilité au cœur des études d’ostéopathie animale en Europe

L'école d'ostéopathie animale IFOA offre la possibilité à ses élèves de voyager en Europe.

Les études d'ostéopathie animale en Europe

L’Institut de formation d’ostéopathes animaliers, est une école européenne dostéopathie animale. C’est un établissement d’enseignement supérieur privé français qui ne cesse de se développer. En effet, l’IFOA compte aujourd’hui 4 centres implantés en Europe :

  • Deux en France ( Tarascon, Grand Paris)
  • Un en Espagne (Barcelone) les cours sont donnés en langue française.
  • Un en Belgique (Namur) qui a ouvert ses portes en septembre 2021.

Par ailleurs, en plus de fournir un enseignement complet en ostéopathie animale surles chiens, les chats, les bovins et les Nouveaux Animaux de Compagnie, l’IFOA propose à ses élèves un développement culturel avec une mobilité facilitée.

Étudier à L’IFOA, c’est l’opportunité d’apprendre à l’étranger !

Avant tout, l’IFOA offre la possibilité à ses élèves d’être mobiles. De ce fait, les étudiants peuvent demander à changer d’établissement durant leurs 5 années d’études.

En plus de recevoir une formation de qualité, nos futurs ostéopathes animaliers ont la possibilité d’étudier en France, en Belgique et en Espagne. Mais, ils recevront un enseignement dispensé en langue Française. Le programme d’apprentissage étant le même pour chacun de nos établissements, nos étudiants peuvent tout à fait rentrer dans un centre, et l’année suivante, en changer pour étudier dans un autre.

Un développement culturel

Donner à nos élèves l’opportunité de voyager durant leurs études, offre la possibilité de développer leur culture. De vivre des expériences uniques et inoubliables. Ils pourront s’imprégner de l’histoire du pays dans lequel s’implantent chacun de nos centres.

Tarascon établissement emblématique dans l’histoire de l’ostéopathie animale. Il faut dire qu’elle est l’une des toutes premières écoles en ostéopathie animale, ayant contribué à la reconnaissance du métier.

De plus, cet établissement est un lieu historique. D’autant plus qu’une partie des bâtiments sont classés aux monuments historiques. Il y a aussi les logements des élèves sur le site

Champs sur Marne le 1er pôle universitaire de la région Parisienne dans la cité Paris-Descartes, offre un enseignement et un cadre d’étude exceptionnel à 25 minutes du centre de Paris.

Ecole ostéopathie animale en Espagne à Barcelone IFOA

Barcelone Situé au centre de l’Open Sport Club de Barcelone. Complexe sportif inauguré en 1997 dans le but de créer un pôle équestre performant, dans trois des disciplines aux jeux olympiques de ce sport : Dressage équestre, CSO, et tennis.

Etudier à l’étranger dans un cadre exceptionnel et profiter de la culture espagnole.

Notre établissement propose, des cours d’anglais et d’espagnole afin d’enrichir son vocabulaire et favoriser la communication au quotidien de nos élèves.

Namur est le premier institut d’ostéopathie animale de Belgique, vous accueillant dans un environnement propice aux études.

L’IFOA vous accompagne !

Réaliser des études à l’étranger constitue une expérience unique et enrichissante. Nous mettons tout en œuvre pour que nos élèves puissent la vivre.

Comment ?

La localisation de nos instituts de formation en ostéopathie animale sont tous bien desservis (aéroport, gare, proche centre-ville…) 

Enfin, en aidant à la recherche de logements. Pour nos établissements Paris et Tarascon, nous avons des partenaires pour permettre à nos étudiants de se loger plus facilement.

La douleur chez le chien : comment la reconnaître ?

Tout comme nous, les animaux ressentent de la douleur. L’absence de souffrance fait partie des conditions indispensables à leur bien-être : un animal qui souffre doit être soulagé dès que possible. Cela n’est pas toujours évident à repérer car nos compagnons domestiques ne parlent pas. Mais ils ont d’autres moyens d’exprimer leur mal-être. Alors comment savoir si votre chien a mal quelque part ? Voici des éléments pour vous aider à reconnaitre la douleur de votre canidé.

 

Comment savoir si un animal souffre ?

 

La douleur joue un rôle d’alerte et de protection pour l’organisme et les mécanismes qui interviennent dans ce processus sont les mêmes que chez les humains. Comme nous venons de le dire au début de cet article, il est indispensable de soulager l’animal en souffrance. Objectiver la douleur est aussi importante car elle peut être révélatrice de maladies plus ou moins graves de votre chien.

Les causes sont nombreuses. On distingue d’une part, la douleur dite aigue. Celle-ci apparaît soudainement et est engendrée par une blessure ou un choc important en cas d’accident par exemple. Elle est souvent plus facile à déceler car l’animal peut émettre des cris si la souffrance est intense dans le cas d’une fracture notamment. D’autre part, on retrouve la douleur chronique qui peut être plus compliquée à repérer. Elle est présente et évolue depuis plus longtemps. Celle-ci est due principalement à des maladies et aussi des douleurs internes du corps.

Selon leur intensité, on peut classer et qualifier les douleurs de légères, modérées et sévères lorsque la souffrance est plus importante. Cette dernière sera variable selon la cause.

Les manières d’exprimer leur mal-être seront néanmoins différentes selon les animaux. Attardons nous ici sur les principaux signes à reconnaitre chez nos chiens.

Mon chien gémit : quelles vocalises émet-il en cas de douleur ?

Pour s’exprimer, les chiens produisent des vocalises ou gémissements mais ceux-ci ne sont pas systématiques lorsque l’animal a mal. En effet, la tolérance à la souffrance est variable selon les individus et également selon la cause. Un fracture par exemple est souvent extrêmement douloureuse et l’animal peut émettre dans ce cas des gémissements.

Attitudes du chien qui a mal : agitation ou abattement ?

 

Le chien douloureux va avoir tendance à s’isoler dans la maison et se mettre à l’écart de vous et des autres animaux avec qui il vit éventuellement. Vous pouvez remarquer qu’il ne veut pas jouer alors qu’habituellement il est très demandeur. Il ne veut pas manger et a un regard triste. Il parait fatigué et son niveau d’activité diminue, c’est souvent le cas lors de maladies.

Au contraire, vous pouvez observer qu’il peut être agité ou paraitre inquiet. Ces attitudes peuvent révéler une douleur chez le chien. C’est surtout un changement d’attitude par rapport à d’habitude qui peut vous mettre la puce à l’oreille sur le fait que quelque chose ne va pas. 
Un léchage excessif de la zone qui lui fait mal avec des mordillements et arrachage de poils peut aussi être remarqué en cas de douleur au niveau de la région concernée.

Comportement anormal : agressivité inhabituelle

Les animaux qui ont mal peuvent grogner voire mordre dans certains cas alors qu’ils ne démontrent aucune agressivité en tant normal. Méfiez-vous et prévenez votre entourage surtout les enfants !

Postures particulières du chien douloureux

Un chien qui souffre d’une douleur interne abdominale au niveau du ventre ou thoracique dans la région du thorax ne se déplace pas ou très peu, son dos est vouté c’est-à-dire qu’il est arrondi. Il peut également avoir la tête basse ou celle-ci peut se diriger vers la zone douloureuse. Indice très utile pour suspecter d’où provient le problème !

La mobilité peut être affectée avec l’apparition d’une boiterie que l’on remarque sur un membre par exemple. Elle représente un signe de douleur témoignant d’une lésion au niveau d’une patte, la présence d’arthrose au niveau de l’arrière-train ou dans les cas plus graves d’une fracture…

Comment savoir si mon chien ne va pas bien ?

Après une intervention chirurgicale si l’animal n’est pas confortable, qu’il est prostré, ne mange pas ou peu : il faut impérativement consulter rapidement car votre animal doit avoir mal et cela peut être aussi le signe d’un problème suite à l’opération.

Les signes de douleurs à repérer

Comme nous l’avons vu précédemment des signes vont vous permettre de suspecter une douleur chez votre chien. Voici un petit récapitulatif non exhaustif des signes et symptômes importants à reconnaître :

  • une baisse ou perte d’appétit,
  • un changement de comportement : agitation ou baisse de l’activité,
  • plaintes, vocalises et ou gémissements, halètement excessif,
  • une agressivité de contact,
  • l’accélération de la respiration, le chien va effet respirer plus rapidement que d’habitude…
  • En cas de doute, n’hésitez surtout pas à consulter votre vétérinaire traitant.

Comment calmer la douleur du chien ?

La douleur n’est pas une fatalité ni pour les humains ni pour les chiens !

Antalgique et antidouleur : médicaments utilisés pour calmer la douleur

Différentes molécules efficaces existent pour soulager et contrôler la douleur chez le chien. L’arsenal thérapeutique s’est bien développé pour nos compagnons domestiques différents protocoles sont disponibles. On parle de médicament antalgique pour enrayer la douleur et de traitement anti-inflammatoire pour calmer l’inflammation associée. D’autres thérapies pourront être prescrites selon la cause et les maux dont souffre l’animal.

Puis-je donner des anti-inflammatoires à mon chien ?

Une chose importante à savoir : ne pas administrer de traitement à votre animal sans avis du vétérinaire. En effet, certains médicaments utilisés chez les humains peuvent être toxiques pour les chiens et un médicament qui vous a été prescrit par votre vétérinaire lors d’une consultation précédente peut ne pas être approprié dans ce cas. Ne prenez pas de risque !

Des thérapies manuelles pour soulager la douleur du chien ?

Des thérapies alternatives comme l’ostéopathie notamment peuvent aider à soulager certaines douleurs chez les animaux et notamment contribuer à diminuer celles d’origines articulaires ou musculaires. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre ostéopathe pour avoir son avis.

Quand s’inquiéter ?

Toute douleur doit être gérée pour le confort et le bien-être de votre animal. Il faut particulièrement s’inquièter quand son état général est altéré et/ou qu’il présente des signes de mal-être très intenses. Mais chaque cas est différent avec une tolérance à la douleur variable. Si vous avez le moindre doute demandez toujours l’avis de votre vétérinaire traitant. 

Vous êtes à la recherche d’un établissement en ostéopathie animale et vous souhaitez vous former aux différentes techniques ? Pour tout savoir sur le cursus et les nombreux atouts de l’IFOA, consultez dès maintenant les pages de notre site Web ifoa.fr, contactez-nous par téléphone au 09 72 36 02 56 ou posez toutes vos questions à notre assistant virtuel Studizz !

Quels conseils pour aider mon cheval à passer un hiver en pleine santé ?

De manière générale, les chevaux résistent mieux au froid qu’au chaud. Néanmoins, avec la baisse des températures, il est nécessaire d’adapter le travail, la nourriture et de préserver votre monture des conditions qui sont parfois très rudes pendant la saison hivernale. Voici quelques conseils pour qu’il passe un hiver en bonne santé !

Comment travailler son cheval en hiver ?

Pendant la saison froide, il est possible pour votre cheval de continuer son activité physique. Certaines précautions sont cependant à prendre notamment le fait d’effectuer un échauffement prolongé avant la séance d’entrainement. En effet, les muscles mettent plus de temps à s’échauffer lorsque les températures extérieures sont basses. Il est donc primordial de commencer tout en douceur pour éviter les blessures de l’appareil locomoteur. L’exercice peut ainsi débuter par faire marcher votre cheval.

Pour l’entrainement, faites attention aux surfaces sur lesquelles vous pratiquez. Les sols, plus durs en hiver, comportant des irrégularités peuvent causer des lésions ostéo-articulaires. De même, les zones gelées ou boueuses peuvent être glissantes. Évitez-les autant que possible !

Après l’entrainement, bien rincer ses pieds si ceux-ci sont couverts de boue et bien les sécher. Une fois le travail terminé, les poils sont mouillés par la transpiration, le cheval ne doit pas rester dehors s’il n’est pas séché correctement. Essuyez-le avec une serviette éponge et mettez-lui une couverture absorbante dite couverture séchante. Dès qu’il est bien sec, couvrez-le avec son revêtement habituel.

Étudiante en ostéopathie animale

Comment nourrir son cheval en hiver ?

En hiver, l’herbe vient à manquer pour les chevaux au pâturage. De plus, l’alimentation doit être adaptée aux besoins qui sont augmentés pour maintenir la température du corps en raison de la baisse des températures. L’organisme a en effet besoin d’énergie supplémentaire. Une quantité suffisante de foin avec une bonne qualité nutritionnelle est indispensable. Quotidiennement, les chevaux doivent être servi en foin et disposer d’une pierre à sel. Le fourrage doit être bien sec, dépourvu de poussière et de moisissures. Pour cela, les conditions de stockage sont importantes à vérifier : idéalement un endroit sans poussière et sans humidité. 

Étudiante ostéopathie équine.

L’hydratation : à suivre de près avec la baisse des températures pour votre cheval

L’eau est aussi très importante. L’abreuvement est essentiel à surveiller en cette saison car en cas de grand froid, elle peut geler. Pour cette raison, le risque de déshydratation est bien réel en hiver. Il faut alors casser la glace qui peut se former en surface des abreuvoirs. Idéalement utilisez des récipients larges placés dans des espaces protégées. L’eau doit être distribuée en quantité suffisante, dans un point d’eau à l’abri. Assurez-vous qu’elle soit propre et changée régulièrement.

Comment protéger son cheval du froid ?

 

Humidité et courants d’air : les pires conditions en hiver !

Au pré, les chevaux doivent pouvoir s’abriter de la pluie et du vent dans un box ou un abri prévu à cet effet. Si vous en avez la possibilité, rentrez votre animal à l’intérieur en cas de fortes précipitations et si le pré est très humide et boueux afin de maintenir ses pieds au sec. En effet, la peau, les extrémités et les sabots sont fragilisés par les conditions climatiques hivernales telles que des temps humides, la neige et le froid. L’humidité du sol et de la litière, sont propices à la formation de lésions et de crevasses et au développement de bactéries.

Au box, l’espace doit être suffisant et les locaux bien aérés. Nous l’avons vu précédemment, il est important de protéger les animaux de l’humidité mais aussi des courants d’air.

Précautions à prendre pour les chevaux au pâturage en hiver

Le froid est aussi particulièrement problématique avec la formation de verglas pouvant causer des glissades tout comme c’est le cas sur la neige. De la paille peut être déposée sur les zones de passage trop boueux.

Couverture en hiver : quand faut-il couvrir un cheval ?

Avec le froid, les équidés développent un poil plus dense : le poil d’hiver. L’utilisation d’une couverture sera nécessaire dans certaines conditions et notamment elle sera indispensable pour les chevaux tondus. Rendez-vous sur notre article consacré aux couvertures pour vous aider à choisir un revêtement adapté.

Des maladies d’hiver

En hiver, certaines affections parasitaires et des gales sont plus fréquentes. On retrouve également la gale de boue qui n’est pas due à un parasite comme les autres gales mais à une bactérie qui atteint la peau. On l’appelle aussi la Dermatophilose. Pour éviter son développement, une surveillance accrue de votre équidé avec vérification des membres est indispensable.
Pour les pieds, l’application d’un onguent adapté forme une barrière protectrice contre le milieu extérieur.
En hiver, préserver aussi son appareil respiratoire. Comment ? Par une ventilation adaptée et efficace des locaux mais attention sans courants d’air ! Cela permettra une bonne évacuation des gaz notamment l’ammoniac émis dans les urines qui est irritant pour les voies respiratoires. Autre bénéfice, cela limitera le développement d’humidité, propice à la prolifération de bactéries et de moisissures dans l’environnement potentiellement responsables de pathologies pour les chevaux.

Étudiante en ostéopathie animale.

Comment faire pour réchauffer son cheval ?

Si vous pensez que votre cheval a froid, il peut s’avérer nécessaire de prendre quelques mesures pour le réchauffer et d’éviter ainsi qu’il ne prenne froid.

Après l’exercice, nous l’avons vu précédemment le cheval peut avoir les poils mouillés sur tout le corps ce qui peut lui donner froid si on ne le sèche pas. Sécher bien ses poils avant de le couvrir d’une couverture.

S’il est au pré, placez idéalement un abri afin qu’il puisse se protéger du vent, de la pluie et se réchauffer. Si les températures chutent fortement, utilisez une couverture et assurez-vous que celle-ci ne le couvre pas trop. Passez votre main sur son dos et vérifiez ainsi qu’il ne transpire pas. Si c’était le cas retirez une épaisseur ou prenez une couverture de plus faible épaisseur.

Les vieux chevaux peuvent être plus sensibles en hiver notamment ceux qui ont des problèmes de santé et l’utilisation d’une couverture sera recommandée. Les équidés seniors selon leur état peuvent avoir besoin d’un petit coup de pouce pour passer la saison en toute sérénité et rester en bonne santé. Consultez notre article sur les chevaux âgés pour plus de conseils.

Vous êtes à la recherche d’un établissement en ostéopathie animale et vous souhaitez vous former aux différentes techniques ? Pour tout savoir sur le cursus et les nombreux atouts de l’IFOA, consultez dès maintenant les pages de notre site Web ifoa.fr, contactez-nous par téléphone au 09 72 36 02 56 ou posez toutes vos questions à notre assistant virtuel Studizz !

Connaître les sens de mon chat pour mieux communiquer avec lui

Les chats possèdent plusieurs sens dont certains sont bien plus développés que les nôtres. Savoir comment votre animal de compagnie perçoit et interagit avec son environnement est important pour bien le comprendre et communiquer avec lui. Découvrez quels sont ses sens et les modes de communication des félins domestiques dans ce nouvel article !

Quels sont les sens du chat ?

 

La vue

Les chats sont de redoutables chasseurs particulièrement efficaces et c’est en partie grâce à leurs yeux. Ils leur permettent en effet de voir dans des conditions de faible luminosité comme c’est le cas à la tombée de la nuit, moment propice à la chasse. Ils perçoivent aussi plus nettement les objets en mouvement.

Néanmoins, ils ne peuvent pas voir toutes les couleurs comme les humains mais seulement les combinaisons de nuances vertes et bleues comme on peut le voir dans cette vidéo comparant la vision d’un chat avec la nôtre, de jour et de nuit. De plus, leur champ de vision comprend un angle mort juste devant leur nez. Retenez qu’ils ne voient pas de très près lorsque vous vous approchez de lui.

Chez les félins, le sens de la vue est important dans la communication. Ils leur permettent d’observer le comportement et de capter les émotions des individus. Vous avez dû remarquer qu’ils sont parfois très observateurs !

magnifique yeux de chats

L’ouïe

Les chats possèdent un spectre auditif large et peuvent
entendre des fréquences très hautes. C’est pour cela qu’ils parviennent à
entendre les petits bruits émis par les toutes petites proies qu’il
nous est impossible de déceler en tant qu’être humain.

De plus, leurs oreilles ont une forme particulière qui a toute
son importance. En fonction de l’orientation de celles-ci, ils
parviennent à capter différents sons et ainsi à repérer d’où ils
proviennent.

Le toucher

Les chats possèdent des poils spécifiques appelés vibrisses. Ce
sont ses moustaches et celles-ci sont sensibles : ne les couper jamais !
Elles leur permettent de détecter le moindre changement de
l’environnement à savoir les vibrations et différents mouvements de
l’air.
Vous avez sûrement vu qu’ls se frottent parfois contre les
humains ou les autres animaux de la maison. Il s’agit d’un comportement
particulier dont le but est de déposer des phéromones, substances que les animaux perçoivent. Ce phénomène s’appelle l’allomarquage. Il est important de le laissez faire.

Les chats sont aussi réceptifs aux caresses mais tous
n’apprécient pas les interactions tactiles avec les humains même si pour
nous ce sont des signes d’affection. Les animaux qui se laissent
caresser peuvent apprécier particulièrement certaines zones comme par
exemple sous le menton, dans le cou ou derrière les oreilles. Ces
échanges leur procurent du bien-être.

Le goût

Ce sens est moins développé chez nos félins domestiques par
rapport à leur maître. Ils distinguent les saveurs salées, acides et
amères mais pas le sucré.

L’odorat

L’odorat du chat est un sens très important qui lui permet,
entre autres, d’évaluer sa nourriture. Certains individus sont très
sélectifs : ils ne mangent pas n’importe quoi.

De plus, les chats possèdent un organe particulier : l’organe
de Jacobson ou encore appelé organe voméronasal. Il est situé entre le
septum du nez et le palais du chat. Ce dernier lui permet de capter des
substances présentent dans son environnement dont nous avons parlées
précédemment : les phéromones. Ces molécules sont des odeurs
perceptibles par les chats qui envoient un message et influencent leur
comportement.

Les chats ont-ils un 6ème sens ?

Parmi les différentes espèces d’animaux de compagnie, les chats font sûrement partis des plus étonnants. Peut-être avez-vous entendu dire qu’ils avaient des superpouvoirs. Des histoires sont fréquemment relatées dans les médias où des chats ont parcouru des centaines de kilomètres pour rentrer chez eux et retrouver leur maître comme dernièrement l’histoire de ce chat qui a parcouru 60Okm pour retrouver sa maison. Difficile de savoir exactement comment ils y parviennent mais sûrement grâce à leurs sens particuliers. Fascinant non ?

Quels sont les modes de communication du chat ?

 

Langage des chats

Si vous prêtez l’oreille et écoutez votre animal vous vous rendrez compte qu’il émet des vocalisations et des sons différents selon les situations. En effet les félins produisent différents types de vocalisations : miaulement, ronronnement, feulement…

Le ronronnement est une vocalise bien connue qui est sourde et cyclique. Le chat ronronne dans la majorité des cas dans des situations de bien-être lorsqu’il dort à vos côtés par exemple. Cela peut se produire néanmoins lorsqu’il est malade ou bien lorsqu’il a peur.

Comprendre son chat quand il miaule

Le miaulement est un moyen d’exprimer un besoin et il en existe différents types. Certains sont faciles à interpréter : un miaulement insistant devant la gamelle vide cela veut dire « j’ai faim ! ».
D’autres vocalises sont plus difficiles à comprendre, ils émettent des sons un peu étranges lorsqu’ils aperçoivent un oiseau qu’ils veulent chasser, on dit qu’il caquette. Les femelles en chaleur font aussi des cris particuliers très puissants.

Comment savoir si mon chat est en colère ?

Le feulement s’accompagne d’une posture de menace et d’agressivité on dit que le chat « crache » il a la gueule ouverte, montre les dents avec les oreilles en arrière et ses pupilles dilatées. Il vous prévient qu’il va attaquer. Prenez garde !

Attitudes et comportement du chat

Pour communiquer, le chat adopte certaines postures comme nous venons de le voir précédemment. La position de sa queue est aussi un moyen d’expression important chez les félins. Lorsqu’il a la queue toute ébouriffée, c’est un signe de peur, si sa queue est relevée et droite c’est plutôt qu’il est content, lorsqu’il l’agite rapidement, il est sûrement agacé.

Comment dit-on bonjour à un chat ?


Un moyen simple de c
ommuniquer positivement avec son animal de compagnie

Vous pouvez échanger avec lui par le regard c’est très simple. Placez-vous face à votre chat en le regardant dans les yeux et effectuer des mouvements de clignement lent des yeux. Cela est associé à une communication émotionnelle positive. Votre chat vous répondra sûrement de la même manière. C’est en quelque sorte un moyen de lui dire bonjour et de lui indiquer que vous appréciez sa compagnie.

ostéopathie animale sur chat

Est-ce que les chats comprennent quand on leur parle ?

Les chats vont déceler vos émotions selon votre attitude et l’intonation de votre voix. Ils sont attentifs au langage paraverbal. Ils comprendront ainsi vos intentions sans comprendre le sens de chaque parole. Ils sont aussi capables de comprendre quelques mots et notamment leur nom.

Vous êtes à la recherche d’un établissement en ostéopathie animale et vous souhaitez vous former aux différentes techniques ? Pour tout savoir sur le cursus et les nombreux atouts de l’IFOA, consultez dès maintenant les pages de notre site Web ifoa.fr, contactez-nous par téléphone au 09 72 36 02 56 ou posez toutes vos questions à notre assistant virtuel Studizz !

La couverture est-elle indispensable pour les chevaux en hiver ?

Avec la baisse des températures, vous vous questionnez peut-être sur l’intérêt d’utiliser une couverture pour réchauffer votre cheval qu’il vive en extérieur ou en box. Et surtout, quel équipement choisir ? Voici quelques conseils pour vous aider à faire votre choix.

Quand mettre une couverture à son cheval ?

 

L’hiver les équidés ont un poil naturellement plus long et plus épais qui forme une couche isolante. Celle-ci les protège et leur permet de supporter la baisse des températures. Mettre une couverture à sa monture peut être nécessaire en cas de très mauvais temps avec du vent par exemple. Un équipement adapté sera aussi utilisé pour les animaux tondus en hiver.

 

Comment savoir si un cheval a besoin d’une couverture ?

 

Les chevaux tout comme nous ont une zone de préférence thermique qui correspond à un intervalle de températures (5 et 25 °C chez les adultes vivant en milieu tempéré), où il leur est facile de maintenir leur température corporelle dans les valeurs usuelles. Néanmoins, certains supporteront des écarts plus importants selon leur race, leur type de poil, leur âge ou leur niveau d’alimentation.

Travail va de pair avec transpiration. Celle-ci ne s’évapore plus aussi facilement que lorsque les poils sont courts. C’est pour cela que les chevaux sportifs sont tondus en cette période de l’année. Ils sont néanmoins beaucoup plus sensibles surtout si la surface sans pelage est importante. Leur zone de confort thermique est réduite et s’avoisine de 5 °C.

Quelles précautions à prendre ?

 

Avoir trop chaud est pire qu’avoir froid pour un cheval ! Il faut vérifier tout le temps l’absence de transpiration sous la protection. Retenez qu’il ne faut jamais trop le couvrir.

Autre point important, évitez d’échanger les couvertures pour limiter la contagion par certains parasites tels que la teigne, la gales, les poux … Sinon, veillez à bien les nettoyer et les désinfecter.

Ne laissez pas un tissu humide sur le dos de votre cheval, cela peut favoriser le développement de dermatoses.

Comment couvrir son cheval en hiver ?

 

Au pré : une couverture imperméable et chaude

Les principaux critères à retenir sont : chaleur et imperméabilité. Si possible choisissez un équipement coupe-vent, respirant et aussi résistant. Misez sur des couvertures de qualité ! Si votre cheval reste dehors en permanence tout l’hiver, il peut être intéressant d’en avoir 2 pour faire un roulement et les laver régulièrement. Il existe également des chemises séchantes utiles par temps froid. Certaines sont imperméables et s’utiliseront au pré mais plutôt pour la demi-saison.

À l’écurie : une couverture polaire et une sous-couverture

La chaleur est un critère important pour choisir votre couverture mais aussi l’imperméabilité. Une protection chaude en polaire par exemple avec une sous-couverture peuvent être utilisées. Cependant, regardez toujours si votre cheval transpire en passant une main sous la couverture. Retirez une épaisseur s’il a trop chaud.

Au travail : un couvre-reins

Le couvre-reins est intéressant pour protéger le dos de votre cheval du froid et de la pluie lorsqu’il travaille. Une couverture séchante peut être utilisée en fin de séance.

Quel grammage choisir pour la couverture de mon cheval ?

 

Retenez que plus le grammage est élevé plus la couverture tient chaud.

Couverture 400 g

Un grammage de 400 g correspond à une couverture épaisse avec une sous-couverture. Il peut s’agir de couverture d’extérieur ou certaines couvertures d’écurie bien chaudes. Pour un cheval tondu, on les utilisera par exemple lorsqu’il fait très froid (entre -10 °C et -5 °C).

Couverture 300 g

Il s’agit d’une couverture épaisse. Ce grammage existe pour les couvertures d’extérieur et les couvertures d’écurie. Si votre cheval a été tondu, ce type d’équipement est adapté pour des températures extérieures autour de -5 °C/0 °C.

Couverture 200 g

200 g est le grammage d’une épaisseur moyenne pour une couverture d’extérieur ou d’écurie. Un cheval tondu sera suffisamment couvert avec ce type de protection en cas de températures comprises entre 0 °C et 5 °C et pour un animal non tondu jusqu’à -5 °C.

Couverture 100 g

En dessous de 100 g, on retrouve les couvertures polaires et les chemises en microfibres ou en coton d’épaisseur légère. Ce grammage est parfait pour un cheval non tondu avec des températures avoisinant les +5 °C/ +10 °C.

Ces références sont données à titre indicatif pour vous donner une idée des différentes couvertures existantes. Pour la protection thermique et le confort de votre cheval, n’hésitez pas à vous référer aux données décrites par les fabricants d’équipement.

Vous trouverez une couverture pour votre cheval dans les magasins d’équipements spécialisés ou en ligne. De nombreux sites existent et également des plateformes de matériel de seconde main comme le site Preppy Sport.

 

Vous êtes à la recherche d’un établissement en ostéopathie animale et vous souhaitez vous former aux différentes techniques ? Pour tout savoir sur le cursus et les nombreux atouts de l’IFOA, consultez dès maintenant les pages de notre site Web ifoa.fr, contactez-nous par téléphone au 09 72 36 02 56 ou posez toutes vos questions à notre assistant virtuel Studizz !

 

 

Diplôme d’ostéopathie animale | Remise des diplômes à l’IFOA

Le diplôme d’ostéopathie animale représente des études longues et charnières. Mais la joie que procure leur réussite est inestimable. Ce 23 juin 2022 est un jour très important pour les étudiants en ostéopathie animale. En effet, ils ont enfin pu être récompensés de tous leurs efforts.

5 ans d’aventure, de travail, de joie, d’acharnement

C’est une grande fierté pour l’école supérieure en ostéopathie animale que de voir ses élèves grandir, évoluer et avancer.

Aujourd’hui, nous célébrons la fin de 5 années d’études à l’IFOA. Le diplôme d’ostéopathie animale tant attendu, justifie de leurs 5 années d’études. L’aboutissement d’un long parcours. Grâce à ce diplôme, nos étudiants vont pouvoir vivre de leur passion et avoir la clé pour réussir l’ultime étape qui est l’examen d’aptitude du CNOV.

Après toutes ces années de pratique, de joie, de doutes et de persévérance, c’est une page qui se tourne pour nos chers diplômés qui vont pouvoir voler de leurs propres ailes et laisser place à une nouvelle promotion.

Nous tenons à remercier nos élèves pour leur implication durant leurs études.

Merci également aux formateurs qui transmettent leurs passions, leur savoir, leur expérience au service de notre jeunesse. Aujourd’hui, c’est avec un petit pincement au cœur, mais une immense joie que nous félicitons le travail fourni par nos étudiants et toute notre équipe pédagogique.

Equipe pédagogique lors de la remise des diplômes de l'école d'ostéopathie animale IFOA
Discours de la Directrice située au centre, de l'école d'ostéopathie animale IFOA avec l'équipe pédagogique

La prochaine et ultime étape | Le CNOV

Aujourd’hui, nos étudiants sont prêts, ils sont diplômés de 5 années d’études, formés par une équipe pédagogique qualifiée (ostéopathes animaliers RNA, docteurs vétérinaires, biologistes…)

Durant ces 5 ans, nous les avons préparés à cette étape ultime, l’épreuve du CNOV.

Félicitations à eux

Formation ostéopathe animalier | 7 bonnes raisons d’étudier à l’IFOA

Vous ne savez toujours pas vers
quelle école vous tournez pour faire votre formation d’ostéopathe animalier ? Découvrez les 7 bonnes raisons de nous rejoindre.

1- L'IFOA, une école inscrite dans l'histoire de l'ostéopathie animale

Avant tout, il faut savoir que l’Institut de Formation d’Ostéopathes animaliers, était au départ une association, « l’Association Française d’Ostéopathie Equine et Canine ». Cette association à vu le jour en 2007 pour contribuer au développement et à la reconnaissance du métier d’ostéopathe animalier.

Ainsi notre fondatrice, Muriel Bouquet, cofondatrice du Syndicat des Formations en Ostéopathie Animale Exclusive. Forme des professionnels de santé issus du milieu équestre et canin. 

 

C’est alors qu’en 2012, lorsque le métier d’ostéopathe animalier est reconnu en France, que l’association devient un centre de formation en ostéopathie animale. C’est donc la naissance de l’IFOA l’Institut de Formation des Ostéopathes animaliers. 

L’une des toutes premières écoles d’ostéopathie animale à avoir vu le jour et à avoir participé à la reconnaissance du métier d’ostéopathe animalier. 

2- Apprendre en pratiquant

L’un des piliers dans l’apprentissage de l’IFOA, c’est « la pratique ». L’école apprend à ses élèves, les bonnes manipulations, les bons ressentis, les bons gestes…. Pour devenir un excellent ostéopathe animalier.

 

Pour cette raison, que l’école a mis en place 1 à 6 créneaux de cours de pratique par semaine pour ses élèves.

 

En plus des cours de pratiques, et dans le but de mettre les étudiants de 4e et 5e années en situation professionnelle réelle. L’école dispose d’un centre de consultation ostéopathique en ostéopathie animale (chiens, chats, NAC), leur permettant de pratiquer leur métier sur de réels patients.

 

L’IFOA met un point d’honneur à avoir une diversité dans ses partenaires (écuries, fermes pédagogiques, refuges…). Le but étant de donner un enseignement diversifié sur tous types d’animaux (Chats, chiens, chevaux, NAC, Bovins)

 

3- Apprendre en pratiquant

La diversité de nos partenaires vous permettra de pratiquer sur une multitude d’espèces animale. L’enseignement que nous apportons est un enseignement qui s’applique à tous types d’animaux.

 

À la fin de ces cinq ans d’études au sein de l’IFOA, vous serez formé à l’anatomie des animaux. Vous apprendrez à faire de l’anatomie comparé. Vous permettant ainsi de pouvoir pratiquer sur des animaux dont vous n’auriez pas eus l’occasion de manipuler en cours de pratique.

4- L'assurance d'être formé par des experts

Tous nos formateurs sont en activités professionnelles (inscrit au RNA du CNOV) en plus d’enseigner. Ils sont donc au courant des nouvelles pratiques et restent en adéquation avec la demande du marché qui est en constante évolution, pour les transmettre aux élèves.

 

L’IFOA c’est plus 70 formateurs dont 9 docteurs vétérinaires 

5- S'épanouir dans son cadre d'édudes

photo-10-1-2-plinquf4ystejgm8se7tbrb0dnvs7mm51lra9y2akg

À l’IFOA, vous aurez la chance d’étudier dans un cadre idyllique et propice à la réussite. Vous avez une passion pour les chevaux, la campagne, le soleil. Le centre de Tarascon et de Barcelone sont fait pour vous. Vous êtes plus à l’aise dans les villes étudiantes, riches de belles architectures. Le centre de Paris et de Belgique vous conviendront parfaitement.

6- Un enseignement européen

L’IFOA c’est la chance de pouvoir étudier en France, en Espagne ou en Belgique. De pouvoir sur vos 5 années d’études, changer de centre entre les années pour voyager tout en étudiant.

Nos 4 centres sont des écoles françaises qui préparent un diplôme français. Tous les cours sont dispensés en langues française.

7- Assurer son intégration professionnelle

Soyez titulaire d’une formation diplomate et reconnu par l’état.

L’IFOA est une école d’enseignement supérieur privé vous délivrant un diplôme RNCP délivré par notre syndicat SFAOE. Cela vous assure que la formation est garantie par l’état et atteste que vos études sont en adéquation avec le marché.

 

L’ostéopathe pour animaux va plus souvent exercer son métier à son compte. C’est pourquoi,nous avons mis en place dans notre enseignement, le module projet d’installation. Vous allez être accompagné par une formatrice qui vous délivrera toutes les connaissances nécessaires pour créer et faire fonctionner votre entreprise. Tout ceci dans le but de vous assurer une entrée dans la vie active avec toutes les clés en mains.

Semaine internationale de l’ostéopathie 2022 | ostéopathie animale

Affiche animalis semaine internationale de l'ostéopathie animale

Découvrez l’ostéopathie animale, à l’occasion de cette semaine internationale de l’ostéopathie

Cette semaine internationale de l’ostéopathie animale est organisée chaque année par l’Organisation internationale de l’ostéopathie (OIA), dans le but de rassembler tous les professionnels en ostéopathie. 

Cette année, nous avons donc décidé d’agir en faveur de cet évènement. Pour ça, nous mettons en place un stand dans votre animalerie Animalis.

Le but est de vous faire découvrir l’ostéopathie animale à travers des séances en ostéopathie animale.

Des séances d’ostéopathie animale accessible à tous

En partenariat avec l’animalerie Animalis à l’occasion de cet évènement. L’école d’ostéopathie animale IFOA, vous propose d’amener votre chien pour une séance complète d’ostéopathie animale.

Ces séances seront réalisées par des ostéopathes animaliers en formations, accompagnés par une formatrice inscrite au Registre national d’aptitude (RNA) du Conseil de l’Ordre des vétérinaires.

 

Découvrez aussi à cette occasion l’ostéopathie humaine : https://www.eso-suposteo.fr/clinique/decouvrez-la-clinique/clinique-interne/

L'ostéopathie animale c'est quoi ?

Les effets de l'ostéopathie sur l'animal

Avant tout, l‘ostéopathie pour les animaux va permettre de libérer les restrictions de mobilité afin de redonner à l’animal son équilibre et sa souplesse.  

Elle peut notamment soulager les tensions de l’organisme, comme des maux liés à des chocs, à la vieillesse…

Elle soulage aussi certaine douleur osseuse ou organique.

Cette médecine douce participe à l’équilibre global du corps de l’animal, favorise la circulation sanguine, également 

Affiche animalis semaine internationale de l'ostéopathie animale